Les rencontres Audio

Enjeux publics du renouveau islamique : Etats et élites religieuses en question

Rencontre RTP 2010

Recherches et débats : réinventer l'Afrique? / Bordeaux

Intervenants:

Kae AMO, Françoise BOURDARIAS, Maud SAINT-LARY

Présentation de l’atelier

Organisé par Maud SAINT-LARY, CEMAf, Kae AMO doctorante à l’EHESS, CEAf, Françoise BOURDARIAS, Université de Tours, LAST

 

 

Cet atelier vise à donner un aperçu des travaux menés depuis trois ans au sein de l’équipe « publislam ». Ces recherches ont pour objectif d’interroger les modalités d’expansion de la sphère islamique au sein des espaces publics ouest africains (Sénégal, Mali, Niger, Côte d’Ivoire, Burkina Faso). Dans ces pays, un double phénomène se produit depuis les années 1990 : les processus de démocratisation sont à l’œuvre, avec pour corollaire une décentralisation de l’aide au développement pour contourner des Etats considérés comme corrompus ; c’est aussi le début de ce que l’on qualifie souvent de « réveil religieux », marqué notamment par un grand dynamisme de l’islam. Aussi, dans un tel contexte, on assiste à une floraison d’initiatives islamiques qui tendent à percer la sphère publique : des radios confessionnelles naissent chaque année, des établissements islamiques à vocation publique (centre de santé, écoles) voient le jour, une presse islamique ainsi que des associations et ONG fleurissent.

 

Toutes ces initiatives tendent à faire exister un véritable espace public religieux dont la vocation est double.

1. Il constitue un outil de diffusion de valeurs morales et de principes cultuels. Il vise à réislamiser, à réactiver la ferveur des fidèles et à leur inculquer les ingrédients de ce qu’est supposé être un « bon musulman ».

2. Il représente également un espace à visée sociopolitique. Lieux de dialogue avec les pouvoirs publics et de production de débats sur les enjeux sociétaux, les espaces publics islamiques laissent entrevoir des formes de dialogues avec l’Etat, qui s’opèrent sur des modes variables (contestation, interdépendance, collaboration). A travers des exemples puisés dans des contextes où les paysages religieux se présentent sous des formes très différentes (Sénégal, Mali, Burkina Faso), nous interrogerons l’émergence de mouvements politico-religieux dans les universités dakaroises qui préfigurent à la fois de nouvelles voies d’émancipation des cadets sociaux susceptibles de jouer un rôle important dans la modernisation de la société. Au Mali, nous aborderons l’importante question des stratégies d’implantation territoriale développées par les leaders religieux. Cette occupation territoriale donne à voir des formes de représentation du politique et un imaginaire de l’Etat. Enfin, nous analyserons la participation des leaders islamiques à tout ce qui concerne le champs des politiques du genre supposées promouvoir l’émancipation féminine et de nouveau rapports homme/femme.