Les rencontres Audio

Entre musée de l’Homme et musée du quai Branly, quel avenir muséographique pour les études africaines en France ?

Rencontre RTP 2006

Études africaines : état des lieux et des savoirs en France / Paris

Intervenants:

Catherine Baroin, Helene Joubert, Franck Beuvier, Zeev Gourarier

Présentation de l’atelier

Le 25 février 2003, le musée de l’Homme tournait définitivement une page de son histoire dans un moment symbolique : la cérémonie d’adieux à la galerie Afrique organisée par la Société des Africanistes (filmée et disponible en DVD), avant le départ des collections vers le musée du quai Branly. Dans le même temps le riche fonds documentaire de notre société savante, déposé au fil de plus de 70 années à la bibliothèque du musée de l’Homme, était comme les autres transféré par accord interministériel à la médiathèque de ce même musée Branly. Ainsi mourait toute une époque, tandis que de l’autre côté de la Seine prenait forme un projet muséographique ambitieux ciblé sur l’esthétique. Aujourd’hui un musée tout neuf, assorti d’une grande médiathèque et doté d’un budget important, se dresse presque en vis à vis du vieux musée de l’Homme. Il a pour mission de « conserver et de présenter au public des biens culturels représentatifs des arts et des civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques ». Mais les sociétés savantes, dont les membres étudient ces civilisations de points de vue extrêmement divers, trouveront-elles dans ce nouveau musée tourné vers l’art, ou dans l’ancien dont la politique scientifique est pour l’heure incertaine, les moyens de rendre accessible au public la richesse des recherches actuelles ‘ Telle est la question dont nous proposons de débattre aujourd’hui.

Communications

Catherine Baroin

Helene Joubert

Franck Beuvier

Zeev Gourarier