Les rencontres Audio

L’Afrique du tourisme

Rencontre RTP 2010

Recherches et débats : réinventer l'Afrique? / Bordeaux

Intervenants:

Julien BONDAZ, Corinne CAUVIN- VERNER, Saskia COUSIN, Anne DOQUET, Mahalia LASSIBILLE

Présentation de l’atelier

Organisé par Anne DOQUET, CR à l’IRD, Centre d’Etudes Africaines, UMR 194.

 

Le tourisme se situe au cœur des représentations, des inventions et réinventions de l’Afrique. Etroitement lié à la pensée scientifique, il a toujours véhiculé, non sans les schématiser et les transformer, les réflexions des chercheurs, notamment des anthropologues. La vogue actuelle du tourisme culturel, dominant sur le continent africain, resserre les liens entre domaines scientifique et touristique. Parce qu’il s’empare d’elle, la science ne peut l’ignorer. En donnant corps par des pratiques à un ensemble de représentations sous-tendues par des interactions concrètes, le tourisme se fait acteur des inventions de l’Afrique, notamment de son authenticité.
Mais s’il constitue une scène de concrétisation des idéaux, utopies et stéréotypes extérieurs, il s’élabore également en lien avec des idéologies internes, nationales particulièrement. L’Etat constitue encore aujourd’hui un des principaux agents de la construction touristique, qui permet de générer des sentiments de citoyenneté et d’appartenance nationale. Il peut aussi s’en servir comme outil dans les relations internationales : dans la confrontation des offres touristiques se jouent des relations reflétant les tensions et antagonismes des nations.
Au-delà de l’Etat, il peut alimenter les débats et conflits identitaires dans une réactualisation politique de l’histoire du continent, où se mêlent des voix supranationales et diasporiques. En témoigne le tourisme de mémoire, mis en œuvre récemment par un programme de tourisme culturel sur la route des esclaves.
Ainsi, loin d’être considéré comme une réponse passive aux représentations de l’Occident, le tourisme doit être vu comme un outil d’affirmation politique et identitaire de l’Afrique contemporaine. C’est cette réinvention de l’Afrique, à la croisée des regards extérieurs et des identités locales, que ce panel se propose d’illustrer.