Les rencontres Audio

L’emprise partisane dans le cadre des transitions démocratiques en Afrique subsaharienne

Rencontre RTP 2010

Recherches et débats : réinventer l'Afrique? / Bordeaux

Intervenants:

Auguste BINAM, Claire BÉNIT-GBAFFOU, Guillaume GIRARD, Vincent DARRACQ

Présentation de l’atelier

Organisé par Mathieu MERINO, CREPAO et Vincent DARRACQ, CEAN.

 

L’étude du parti politique, plus particulièrement en Afrique subsaharienne, n’a guère suscité l’intérêt des chercheurs depuis les années 1970. Sans revenir sur les causes de ce désintérêt, la multiplication des élections en Afrique, le recul acquis sur le passage au multipartisme des années 1990 et les dernières publications sur le sujet confortent la pertinence de ce projet. En effet, la réflexion sur les partis politiques africains est indissociable de celle sur les élections concurrentielles. Comme le souligne René Otayek, « sans partis politiques, pas d’élections pluralistes » .

Des pistes de réflexions ont été ouvertes dans le cadre de l’atelier du 8 ème congrès de l’AFSP à Lyon en 2006 ( Partis politiques et changement de régime : pour un dépassement des frontières entre aires culturelles ) mais aussi lors du congrès d’analyse politique sur l’Afrique à l’occasion du cinquantenaire du CEAN en 2008 (Construction et emprise partisanes en Afrique sub-saharienne ).

Cet atelier ambitionne d’apporter une finalisation des réflexions ouvertes précédemment, notamment en confrontant des analyses de terrain sur les systèmes partisans et partis politiques de différents pays d’Afrique subsaharienne aux analyses « classiques » des partis politiques, construites dans un cadre occidental.

Dans ce contexte, deux thématiques seront particulièrement développées :

Les formes organisationnelles des partis politiques : l’approche organisationnelle est un pan majeur de l’étude des partis politiques occidentaux, qui a produit de nombreux modèles et idéaux-types (parti de masse, parti « catch-all », parti professionnel-électoral, parti-cartel, etc.), destinés à comprendre à la fois des structures organisationnelles, des modes de décision et des rapports de pouvoir internes. Quelles sont les formes organisationnelles des partis politiques en Afrique? Quelle est la pertinence des théories et des modèles tirés de l’analyse des partis politiques occidentaux pour les étudier? Se pose notamment la question de la transformation des anciens mouvements de libération nationale en partis politiques “classiques”, dans un contexte démocratique.

Les fonctions classiques des partis : dans quelle mesure les partis africains remplissent-ils les fonctions classiques des partis ? Les fonctions « classiques » des partis, qu’il s’agisse de leur travail programmatique ou de leur capacité à s’ériger en machine électorale, peuvent paraître une porte d’entrée peu opérante pour l’analyse des systèmes partisans subsahariens. Par exemple, comment penser la fonction programmatique lorsque tous les programmes semblent peu différenciables ?

 Une comparaison entre plusieurs pays est envisagée (Afrique du Sud, Kenya, Bénin, Guinée, Mozambique, Ouganda et Togo). Cette proposition d’atelier, qui a déjà reçu l’accord de participation de plusieurs collaborateurs (anthropologues, historiens, politistes et sociologues) en Europe et en Afrique , s’appuiera notamment sur la publication d’un ouvrage collectif sur les partis politiques en Afrique subsaharienne (sortie projetée en octobre 2010).

Enfin, ce projet profite du soutien du Centre de Recherche et d’Etude sur les Pays d’Afrique Orientale (CREPAO – Université de Pau et des Pays de l’Adour).