Les rencontres Audio

Politique africaine 1 – Le gouvernement des chiffres

Rencontre RTP 2010

Recherches et débats : réinventer l'Afrique? / Bordeaux

Intervenants:

Présentation de l’atelier

Organisé par Jean-Hervé Jézéquel (Maître de conférences Université Bordeaux IV) et Vincent Foucher (Chargé de recherche au CNRS, CEAN).

Un nombre croissant d‘études s’intéresse ces dernières années à l’utilisation des données chiffrées et en particulier des outils statistiques dans l’espace politique (entre autres : Anderson 1988, Porter 1995, Lascoumes et Le Galès 2004, Desrosières 1993 et 2008). S’inspirant souvent des réflexions menées par Michel Foucault dans son Cours au Collège de France (Foucault 2004), ces études ont contribué à construire des analyses historicisées et problématisées de l’usage des chiffres en politique. La fécondité actuelle de ces recherches doit sans doute se lire à l’aune de la place grandissante que prennent les données chiffrées dans la vie politique des sociétés occidentales.

En Afrique subsaharienne, la faiblesse relative des appareils étatiques de production des données chiffrées et statistiques a sans doute freiné l’intérêt pour ces problématiques et entravé l’émergence d’un véritable courant de recherche. Cependant, depuis une vingtaine d’années, un ensemble de dynamiques concourent à replacer la production et l’utilisation des données chiffrées au centre des processus de prise de décision politique (impératifs de décompte liés aux modes de fonctionnement démocratiques, injonction de mesure et d’évaluation des politiques publiques imposée par les institutions financières internationales aux États africains, technicisation accrue des politiques de développement et/ou d’assistance qui recourent plus fréquemment aux données chiffrées, etc.). Ces dynamiques ne sont d’ailleurs pas passés inaperçus aux yeux de chercheurs issus de disciplines diverses (anthropologues comme Mariane Ferme (1998) et François Enten (2008), démographes comme Marc Pilon (2005, 2009) ou politistes comme Isaline Bergamaschi (2009)).

En préparation d‘un numéro spécial consacré à cette thématique par la revue Politique africaine, cet atelier se propose donc de faire le point sur l’usage des chiffres en politique en rassemblant un ensemble de réflexions et de recherche en cours. Ces réflexions menées dans le champ des études africanistes partagent indéniablement un grand nombre de préoccupations avec les travaux consacrés aux sociétés occidentales. Les recherches actuelles mettent ainsi en évidence l’élargissement des répertoires de données chiffrées et la complexité croissante des effets de pouvoirs qu’ils induisent (données agrégées pour intervenir sur l’économie, outils statistiques appliquées à la planification des politiques publiques, évaluation chiffrée pour servir de guide à l’action publique, etc.). Les recherches examinent également l’usage grandissant du chiffre dans les stratégies des acteurs politiques et notamment étatiques (« le gouvernement par les chiffres ») comme elles s’intéressent, dans une perspective moins intentionnaliste, aux effets spécifiques et autonomes que produit l’omniprésence du chiffre dans l’espace politique (« le gouvernement des chiffres »). Au delà de ces préoccupations partagées, il s’agira aussi de restituer l’historicité singulière des configurations politiques africaines pour mettre en lumière la spécificité des effets politiques de l’usage des chiffres sur le continent.