Les rencontres Audio

Pour une anthropologie de la valeur

Rencontre RTP 2006

Études africaines : état des lieux et des savoirs en France / Paris

Intervenants:

Philippe Beaujard, Jean-Pierre Warnier, Catherine Baroin

Présentation de l’atelier

A l’heure de la mondialisation de l’économie, qui marginalise et paupérise les pays du Sud (et notamment l’Afrique) de façon chaque jour plus choquante, une situation paradoxale se développe dans le monde des idées. Alors que l’idéologie libérale affirme sa domination sur le monde, ceux-là mêmes qui l’ont fait naître et l’ont portée au pouvoir, les penseurs de l’économie politique, s’interrogent de plus en plus sur les prémisses de leur discipline. Les débats actuels sur « l’immatériel » et le « goodwill » en entreprise, ainsi que sur la monnaie en sont chez eux le signe, tandis que chez les philosophes, sociologues et anthropologues, c’est la réflexion sur le don qui occupe le devant de la scène pour montrer que, dans nos sociétés occidentales aussi, les logiques de l’argent ne sont pas seules à l’œuvre.

Dans ce contexte, il y a lieu de reprendre, mettre à plat, et contester nombre d’évidences depuis trop longtemps tenues pour acquises. Telle était la démarche d’Arjun Appadurai, il y a vingt ans déjà. L’anthropologie de la valeur qu’il proposait (politics of value) consiste en l’examen des processus sociaux qui déterminent la valeur, tant dans les sociétés exotiques que les nôtres.

Celui-ci porte à plusieurs constats :

1) ces processus ne sont pas foncièrement différents dans les sociétés capitalistes et les autres, et donc l’opposition entre les unes et les autres (eux et nous) est beaucoup moins pertinente qu’on ne pense ;

2) il existe un lien étroit entre la valeur des choses et celle des personnes, qui sont englobées dans les mêmes logiques (que l’on parle de salaire ou d’esclavage pour dettes) et il importe donc de ne pas dissocier dans deux disciplines distinctes l’étude des biens et services et celle des relations sociales ;

3) il apparaît dans cette perspective que la loi de l’offre et de la demande doit être réinterprétée, car la valeur ne résulte pas d’une rencontre abstraite entre les choses, mais des rapports (et en particulier des rapports de force) entre les hommes qui sont les acteurs de la scène, qu’il s’agisse d’un marché ou d’un potlach ;

4) à cet égard l’opposition entre don, troc et échange marchand est moins tranchée qu’on ne pense, car les processus d’élaboration de la valeur sont foncièrement les mêmes dans les trois cas, et l’on peut passer de l’un à l’autre par un simple jeu d’écriture (exemple : la décision récente d’effacer la dette de quinze pays du tiers monde, qui montre bien que la dette est d’ordre politique, avant d’être économique) ;

L’anthropologie de la valeur part donc du principe que c’est l’échange entre les hommes (marqué autant, sinon plus, par des processus de pouvoir et des manipulations idéologiques que par le besoin lié à la rareté) qui détermine la valeur et non l’inverse. Son objectif est d’en faire la démonstration. Les échanges, qui sont le fruit de rapports socio-politiques, peuvent prendre des formes diverses (don, troc ou échange marchand, avec ou sans paiement). Ils se concrétisent par des transferts de marchandise, de monnaie ou par l’ouverture d’une ligne de crédit. Celle-ci, selon le cas, s’inscrit simplement dans les mémoires ou sur un compte bancaire. Il faut souligner l’importance de la dette (ou de son inverse le crédit) qui, par la mise en place d’obligations entre les parties, a toujours constitué une des principales modalités de l’échange. Les rapports politiques entre les hommes déterminent à la fois les modalités de l’échange et la valeur des biens échangés, c’est-à-dire leur désirabilité généralement exprimée en termes monétaires. Avant d’ouvrir le débat, nous illustrerons ces propositions par des exemples concrets pris en Afrique.

Communications

Philippe Beaujard

Jean-Pierre Warnier

Catherine Baroin