Les instrumentalisations d’un «soufisme africain » enchanté