Annuaire des structures de recherche


Annuaire des structures (laboratoires, bibliothèques, réseaux...) dont tout ou partie des recherches et des intérêts portent sur l'Afrique

MOVIDA. Mobilités Voyages Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne

Tutelles

IPAR, Sénégal -
GERM, Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal -
LPED, Laboratoire population environnement développement -
LEPOSHS, Université Internationale de Rabat -
LSME, Université de Ouagadougou -
PRODIG, Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique -
URMIS, Migrations et société

Adresse

LMI-MOVIDA
Campus UCAD/IRD de Hann
Route des Pères Maristes,
Hann Maristes Dakar

Téléphone

+221 338 49 36 12

Responsable

Sophie Bava, Harouna Mounkaila

Année de création

2016

Présentation

Renouvelé en 2021 pour 5 ans, le LMI MOVIDA est né en 2016 d’un groupe de chercheurs travaillant sur les migrations intra-africaines depuis une vingtaine d’année grâce à l’élaboration d’un multi-partenariat avec l’université Gaston Berger de Saint Louis et L’IPAR (Initiative Prospective Agricole et Rurale) (Sénégal), l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (LASME), l’Université Internationale de Rabat (Center for Global Studies) (Maroc), l’université Abdou Moumouni de Niamey (GERMES) (Niger) et l’IRD (UMR LPED ; UMR PRODIG et UMR URMIS) (France).

Le LMI Movida est devenu sur le continent africain entre les Afriques subsaharienne et méditerranéenne un pôle de référence en termes de recherche sur les questions de mobilités et de migrations. Il met en avant le partenariat et les échanges de pratiques et de savoirs dans la recherche, dans la formation et la transmission de connaissances et en favorisant les interactions entre les chercheurs mais aussi avec les personnes concernées par les questions migratoires.

Les travaux réalisés au sein de Movida se déclinent selon quatre axes : trois axes thématiques combinés à un axe transversal méthodologique, portant sur l’agencement des formes migratoires et la production de catégories de la mobilité :

Retour haut de page