Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Années 1970 : révolutions dans le genre en Afrique ?

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Les années 1970 sont caractérisées par un renouveau des revendications féministes en Europe et aux Etats-Unis. Ces mobilisations s’insèrent dans un moment de changements socio- culturels et politiques rapides, période qui commence dans les années 1960, a son épicentre dans les mouvements de mai 1968 et se poursuit dans les années 1980 (Pavard, Rochefort, et Zancarini-Fournel 2020). Cet atelier se propose de revenir sur ces années en déplaçant la focale vers le continent africain, dans la lignée de quelques travaux ont appréhendé les années 1968 depuis d’autres latitudes (Blum, Guidi, et Rillon 2016 ; Chen 2020). Ils ont dévoilé de puissantes mobilisations d’étudiant.e.s sur le continent africain autour de mai 68 (Blum 2018). Si ces mouvements déclenchent une redéfinition des hiérarchies de genre, de race et de classe en Europe et aux Etats-Unis, qu’en est-il en Afrique ?

L’historiographie a montré l’intensité des débats sur la contraception, l’espacement des naissances et l’avortement (Dixon-Mueller 1993 ; Kaler 2003 ; Akrofi-Quarcoo 2015 ; Rillon 2015 ; Callaci 2017 ; Ashford 2020), ainsi que l’évolution des pratiques vestimentaires et des loisirs (Allman 2004 ; Rillon 2011 ; Nicolas 2019). Les régimes socialistes mis en place dans différents États encouragent le développement de réflexions sur l’émancipation des femmes (Lal 2010 ; Guidi 2019). Ces années sont aussi marquées par d’importantes circulations de programmes internationaux pour combattre les inégalités femmes/hommes, avec l’ouverture de la décennie de la femme en 1975 (Olcott 2017). Des travaux ont montré que ces conférences internationales ont été un instrument de l’Occident pour contrôler et dépolitiser les mouvements féminins, portant à un aplatissement des agendas de ces mouvements (Falquet 2003 ; Ghodsee 2019 ; Opong 2020). Dans ce scénario, des échanges intra-africains et entre pays des Suds se renforcent, avec notamment la création de l’Association des Femmes Africaines pour la Recherche et le Développement (Ogundipe-Leslie 1994), proposant d’autres discours de transformation. Cet atelier réinterroge ces années de tensions autour du genre à partir d’une réflexion au plus près des acteurs et des actrices de ces politiques, débats et transformations sociales. La “décennie 1970” est entendue dans un sens long, trouvant ses racines à la fin des années 1960 et se prolongeant dans les années 1980. Sans faire l’économie de jeux d’échelle, depuis le local vers le transnational, il s’agit d’étudier les éventuelles circulations de révolutions autour du genre mais aussi les spécificités de dynamiques genrées de ces années en Afrique.

Coordination : Florence Wenzek et Sara Panata

Regarder l'atelier

Partie 2

Résumés des communications

Être une femme révolutionnaire au Mozambique : regards sur la prise du pouvoir politique en ville (1975-2015)

Karine Ginisty

Cette communication interroge la capacité des femmes à soutenir leur émancipation à travers l’exercice du pouvoir politique à Maputo, la capitale. L’investissement de l’Organisation de la Femme Mozambicaine (OMM) - organisation de masse du parti du FRELIMO - a été présentée comme un dispositif politique clé de l’émancipation de la femme au Mozambique. L’expérience du pouvoir politique en ville a toutefois révélé le rapport paradoxal des élites du parti, masculines, à l’égard des identités et des rôles de genre.

Parenthèse enchantée » des années 1970 aux Comores : révolution soilihiste ou l’invention de « l’» homme monogame et de « la » femme amazone

Mamaye Idriss

Cette communication reconsidère les dynamiques de genre aux Comores dans les années 1970, souvent pensées comme une période d’enchantement pour les femmes. Les révolutionnaires soihilistes, tout en leur confisquant le pouvoir politique, ont mis en exergue la fonction centrale des femmes dans l’organisation sociale. Si le programme de libération s’est centré sur le corps des femmes, il a également contribué à ébaucher de nouveaux modèles de masculinité et de féminité, partant de l’idéal importé de relations monogames et d’une supposée exceptionnalité féminine.

Et si la balance de pouvoirs penchait vers les femmes ? Analyse des rapports de genre au Cameroun dans les années 1970

Annick Nganya

Cette réflexion se propose d’analyser quelques trajectoires de femmes entrepreneures dans les années 1970 au Cameroun afin d’interroger la reconfiguration des rapports de genre, dans un contexte de prospérité économique et de changement de paradigme sur le rôle et la place de la femme dans le pays. On analysera en particulier les mécanismes d’occupation de l’espace par ces femmes.

Révolutions dans le genre à bas bruits au Sahel (Mali, Haute-Volta, années 1970)

Ophélie Rillon

La décennie 1970, qui voit la mise en place de régimes militaires et autoritaires au Mali et en Haute-Volta, est paradoxalement celle d’un ré-enchantement féministe : des militantes ont remis à l’ordre du jour des revendications enterrées à l’indépendance. En étudiant leurs mobilisations, « discrètes », il s’agit de saisir comment – par-delà les tensions géopolitiques entre leurs deux pays – des militantes voltaïques et maliennes ont tissé des liens de solidarité féministe transrégionale et fait émerger des causes communes.

Les écolières enceintes : des normes de genre en débat dans la Tanzanie socialiste des années 1970

Florence Wenzek

Les grossesses d’écolières sont longuement débattues dans la presse tanzanienne des années 1970 : loin d’être traitées comme des faits divers, elles sont utilisées pour définir les responsabilités morales et civiques des jeunes et de leurs parents dans le nouvel État socialiste. Un riche corpus de lettres à l’éditeur sur ce sujet permet ainsi d’interroger la manière dont la classe tanzanienne instruite débat des normes de genre dans cette décennie centrale dans la construction nationale.

Retour haut de page