Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Circulations et appropriations d’un rituel des travailleurs : les 1er mai en Afrique

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

« L’invention du 1er mai » (Tartakowsky, 2014) dans les années 1880 aux USA et en Europe a connu une postérité inattendue, puisque la journée internationale des travailleurs est célébrée presque partout dans le monde aujourd’hui. Elle est toutefois organisée de diverses façons, en fonction des traditions syndicales nationales, du degré de libéralisme politique à l’œuvre ou encore des rapports entre organisations représentant les travailleurs, le patronat et l’État.

Ce panel envisage de restituer la façon dont les pays africains se sont appropriés cette journée, comment a -et circule encore- des modes d’organisation du 1er mai, tout en interrogeant les formes particulières qu’ils ont données à la ritualisation de cette journée. L’objectif est notamment de mieux historiciser cet évènement sur le continent. Ce sujet n’a, en effet, pas encore attiré l’attention des historiens et des chercheurs en sciences sociales.

L’étude de cet évènement, plus ou où moins festif et revendicatif selon les pays, permettra de mettre en lumière des enjeux politiques et sociaux singuliers en fonction des contextes nationaux et internationaux (de colonisations, guerre froide, plans d'ajustement structurel). Ce panel s’intéressera notamment aux préparatifs de cette journée (sur le plan matériel et de l’élaboration des revendications) ; aux rapports entre ses protagonistes et à leur profil (organisation en intersyndicale ou pas, les secteurs professionnels représentés, la présence ou non d’officiels aux défilés, etc.) ; les répertoires d’action à l’œuvre autour des défilés et des meetings ; les formes données aux revendications et leur contenu (slogans, banderoles, cahiers de doléances), etc., autant d’éléments constituant des révélateurs des modalités d’expression, d’organisation et de hiérarchisation du monde social. Ces enjeux seront étudiés à partir de différentes études de cas, illustrant également la façon dont ils se conforment ou non à des modèles revendicatifs et militants, plus ou moins protestataires (Bouilly, 2019).

Enfin, ce panel permettra de s’interroger sur les conditions de circulation des idées et des pratiques organisationnelles et militantes, en se demandant notamment comment s’articulent les approches nationales et transnationales de cet évènement globalisé (Bourdieu, 2002 ; Saunier, 2004 ; Vauchez, 2013).

Coordination : Alexis Roy

Communications

Sidy Cissokho
Un syndicalisme mondain ? : Fabrique et réception des "cahiers de doléances" au Sénégal

Emmanuelle Bouilly
De quoi le défilé du 1er mai est-il le nom au Sénégal ?

Françoise Blum
Le 1er mai sénégalais : profondeur historique et spécificités

Ophélie Rillon
Histoire du 1er Mai au Burkina : la nationalisation d’un mythe international

Sylvie Ayimpam
Un rituel des travailleurs adapté au contexte de crise : les célébrations récentes du premier mai à Ouagadougou (Burkina Faso)

Retour haut de page