Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Circulations religieuses et circulations du religieux dans les Afriques

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Le point de départ de l’atelier proposé vise à considérer – suivant la ligne directrice de ces rencontres – la « circulation » au sens large, afin d’y intégrer le domaine du religieux. Les concepts de mobilité et circulation ont déjà été appliqués à l’approche du religieux (Fouchard, Mary et Otayek, 2005 ; Bava et Capone, 2010 ; voir plus récemment le numéro coordonné par Mossière et Bava, 2021). Mais ils ont souvent été appliqués à étudier les migrations humaines et les échanges religieux qui en découlent dans des contextes précis. C’est le cas, pour n’évoquer qu’un exemple, avec des études autour des pentecôtismes et néo-pentecôtismes (Fancello et Mary, 2010 ; Lindhardt, 2014). Ces approches se sont centrées sur les façons dont la mobilité et l’échange, dans l’espace, de personnes et marchandises va de soi avec la circulation d’objets, de produits et de biens, d’images, d’idées, d’idéologies, voire de rumeurs et le cortège de pratiques de soi qu’elles supposent chez tous les agents impliqués (Séraphin et al. 2004 ; Bouju et Martinelli 2012 ; Fancello 2015). Pour autant, la « circulation » appliquée au religieux, autoriserait la saisie d’autres formes de médiation, dont le domaine d’expression va au-delà du tangible. Ainsi, circuleraient également ici des énergies et des puissances, des entités humaines et non-humaines : des génies, des spirits, des divinités, se mouvant dans des territoires mondains ou imaginaux (Masquelier, 2008), sinon entre des univers et dimensions du réel différant du monde tangible. En plus des agents cités précédemment, l’on peut également considérer les animaux, les mots, également mobilisés comme médiateurs de cette circulation et passage de frontières dans les mondes visibles/sensibles et invisibles/intangibles.

Le but de cet atelier sera de rassembler des chercheuses et chercheurs autour du thème centrale des REAF : « Circulations dans les Afriques, Afriques en Circulation », que nous avons choisis d’aborder, ici, sous l’angle du religieux. Nous tenterons de répondre aux questionnements suivants : Quels objets, mots et agents (visibles et invisibles) circulent en Afrique, dans ce domaine de la vie sociale ? Quels types de circulations y ont lieu ou sont motivées par ce domaine ? Comment est-ce que le religieux parvient-il à surgir d’autres formes de circulations, à défaut de s’imbriquer avec celles-ci ? Quels types d’espaces sont concernés par ces différentes circulations, en rapport avec le religieux ?

La présente proposition d’atelier se voudra une plateforme de décloisonnement du débat scientifique. Au contraire, elle favorisera, dans la dynamique voulue par les REAF, les échanges interdisciplinaires et les approches transdisciplinaires, en vue d’enrichir les réflexions autour des circulations en Afrique et les Afriques en circulation. Ainsi, cet atelier entend donc accueillir les réflexions ou propositions issues de disciplines autres que l’anthropologie, pour remettre le débat évoqué entre les mains des différentes expertises en sciences sociales.

Coordination : Idriss Fernand Mintoogue et Marta Contijoch Torres

Communications

Midjèou Béranger Avohoueme
Circulation des pratiques magico-religieuses de sécurisation foncière dans l’espace public au Bénin

Sawrou Mbengue et Isseu Toure
Circulation religieuse et jeu d’acteurs à Mbour

Kodjovi Sessi
Covid 19 au Togo : entre « biologie », et « culture »

Akissi Amandine Konan
L’influence des croyances religieuses sur la féminisation des dépenses funéraires dans le centre ouest de la Côte d’Ivoire

Retour haut de page