Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Contrôle des populations dans les Empires : une analyse des dispositifs et de leurs effets au prisme du genre

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Le contrôle des populations dans les Empires a été un des soucis majeurs des administrations. Les objectifs poursuivis étaient nombreux et pouvaient varier suivant les Empires et les périodes. On peut noter la volonté d’assurer l’ordre public, celui d’améliorer la levée des ressources fiscales, mais également celui de garantir la disponibilité d’une force de travail. Ces objectifs ont justifié des politiques variées, implémentées par l’administration coloniale elle-même ou par des institutions auxiliaires (missionnaires, entreprises, associations) : l’instauration du code de l’indigénat en Afrique occidentale française, des campagnes de vaccinations en Afrique centrale, des politiques pro-natalistes, .... D’autres mesures peuvent être appréhendées suivant cette logique, bien qu’elles visent le contrôle des populations par un canal plus indirect telle que la transformation des normes de comportements comme, par exemple, l’ouverture d’institutions scolaires et plus généralement de formation. Bien qu’il soit reconnu que femmes et hommes n’ont pas été assujettis de la même façon par le colonisateur, les travaux documentant les dimensions genre des politiques coloniales, et en particulier des politiques de contrôle des populations restent relativement peu nombreux (Hugon, 2004).

L’approche quantitative est au cœur des travaux contemporains en économie historique. L’essor d’une telle approche est rendu possible par de nombreux facteurs tels que les politiques de valorisation de données d’archives, l’accès à des matériaux nouveaux, ou encore les avancées technologiques permettant la numérisation et le traitement de données manuscrites. Objet d’un vif intérêt, cette approche suscite néanmoins des interrogations sur sa capacité à chiffrer et à déchiffrer le vécu des colonisés et le fonctionnement des institutions. Elle reste en outre encore aveugle à la situation des colonisées (relativement à celle des colonisés).

Cet atelier cherche à favoriser la visibilité des travaux de toutes disciplines proposant un éclairage nouveau sur les questions du contrôle des population dans les Empires au prisme du genre. Les travaux adoptant une approche quantitative, y compris ceux portant sur une analyse critique des sources de données statistiques et leur capacité à documenter la situation des colonisées et/ou les rapports de genre sont encouragés.

Si la période coloniale reste la période de référence de cet appel pour circonscrire l’horizon temporel des contributions, cet atelier considèrera également les propositions couvrant des contextes pré- ou post-coloniaux, dans la mesure où les thématiques traitées se rapportent aux questions du contrôle des population et au genre. Enfin, les analyses comparatives (temps, espace) trouveront également leur place au sein de cet atelier.

Coordination : Karine Marazyan et Paola Villar

Communications

Paola Villar
Pro-birth policies, missions and fertility: historical evidence from Congo

Anna Jolivet , Paola Villar et Catherine Guirkinger
Tribunaux coutumiers, pouvoir colonial et normes de genre

Hugues Champeaux et Catherine Guirkinger
Dimorphism and gender inequalities in Africa

Karine Marazyan et Cécile Phélippeau
Normes matrimoniales, Grande Guerre, et Pouvoir Colonial : les enseignements d’une analyse statistique des jugements dans les Tribunaux Indigènes du Sénégal pendant le premier quart du 20ème siècle

Retour haut de page