Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Économie circulaire, circularités et circulations des déchets dans les Afriques

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

D’ici à 2050, la production de déchets en Afrique sera multipliée par trois (Banque Mondiale, 2018) alors que la demande urbaine en matière d’assainissement est toujours aussi élevée. L’économie circulaire est présentée comme une réponse adaptée aux enjeux de réduction des coûts liés au transport des déchets et aux défis de la transition socio écologique (Ngambi, 2015). Les sept piliers de l’économie circulaire permettent d’aller au-delà du simple passage de rebut à ressource que le processus de valorisation des déchets a permis de bien étudier (Debout, Jaglin, 2018). Ils intègrent de nouveaux paradigmes : la proximité, le bouclage des flux, l’élaboration de modèles économiques soutenables, justes et concertés, reposant sur des low tech.

Sur les terrains, plusieurs réalités viennent s’interposer dans ce schéma cyclique idéalisé : celles de l’économie de la survie, formelle ou informelle, notamment dans les plus grandes villes ; celle des pratiques de réemploi très développées et les détournements de gisement qu’elles impliquent (Nantenaina, 2014) ; celles des flux et des circulations de matière et d’objets qui s’inscrivent dans des logiques de distributions et de commercialisation bien ancrées dans les pratiques quotidiennes de consommation ; celles de la prévention des déchets qui entend réduire à la source les quantités produites. Les DEEE au Nigéria par exemple, les plastiques au Sénégal ou encore les biodéchets à Madagascar ou au Congo Brazzaville semblent se prêter pertinemment à cette confrontation circularité/ circulations sur le terrain.

Cet atelier entend explorer ces circulations de matières et d’objets à différentes échelles : internationale (à travers les relations entre les Afriques et d’autres continents), nationale (notamment entre villes capitales et villes secondaires, entre ville secondaire et milieu rural ou encore à l’échelle intra et périurbaine, pour ce qui concerne la biomasse par exemple). Il souhaite également aborder les mouvements de travailleurs de déchets (grossistes, artisans, récupérateurs, etc.) que ces circulations peuvent induire. L’atelier souhaite enfin interroger ces sujets dans une démarche de rudologie, c’est-à-dire selon une approche systémique prenant en considération les aspects sociaux, territoriaux, économiques, techniques, politiques et en discutant des méthodes de caractérisation des matières, d’analyse et de cartographie des circulations.

Coordination : Adeline Pierrat

Communications

Noémie Regeard
Observer les circulations pour comprendre la circularité : valorisation des biodéchets et agricultures urbaines en République du Congo

Laetitia Van Schoors, Lamine Dieng, Jeanne Perez
Circularité et circulations autour du recyclage de déchets plastiques non valorisés pour améliorer l’habitat de zones rurales au Sénégal

Abdelbassit Djabaye
La gestion de déchets à l’épreuve de la gouvernance à N’djaména (Tchad)

Maimouna Bah
Circulation des déchets : entre opportunité de commerce et stigmatisation des « Iyal Wassakh », les trieurs de la décharge de N’Djamena (Tchad)

Retour haut de page