Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Intégration des femmes dans les chaînes de valeur agricole et leur adaptation face à l’évolution du contexte sécuritaire au Sahel

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

La situation précaire des femmes dans les chaînes de valeur agricole en Afrique de l’Ouest a été documentée (Saussey, 2009 ; Alhassoumi, 2012 ; Monimart, 2014). Elles subissent des contraintes à l’accès et surtout au contrôle des ressources productives (terre, crédits) et aux innovations, liées à des politiques publiques encore très peu sensibles au genre et à des normes socioculturelles encore peu favorables à la valorisation de leurs capacités productives. En effet, les sociétés rurales d’Afrique de l’Ouest sont caractérisées par une division sexuelle du travail agricole qui laisse une grande responsabilité aux femmes dans la production et la transformation alimentaire tout en les excluant du contrôle des ressources productives, en particulier la terre.

Depuis la décennie 1980, on note cependant un grand investissement des femmes dans la commercialisation de produits agricoles. En effet le contexte sociopolitique et économique a entraîné en Afrique au cours des décennies 1980 et surtout 1990 un mouvement général de mobilisation des sociétés civiles qui ont favorisé l’émergence des organisations collectives avec une implication importante et progressive des femmes. Des groupements féminins et/ou composés à majorité de femmes, on assiste aujourd’hui à des réseaux et fédérations de groupements dont les femmes sont largement partie prenante (Rykmans, 1997 ; Alhassoumi, 2012, 2014 ; Bonnassieux, 2014). De plus en plus, les femmes témoignent non seulement de capacités à se saisir des opportunités pour s’investir dans la sphère productive mais aussi de capacités à y construire des compétences techniques et cognitives pour renégocier, voire revendiquer un repositionnement social (Saussey, 2009 ; Alhassoumi 2014). Par ailleurs les politiques d’intégration régionale favorisent la création d’espaces d’échanges commerciaux réguliers qui inscrivent les femmes dans des nouvelles formes de circulations avec des produits notamment agricoles qui renforcent leurs capacités de mobilités et leur positionnement au niveau de certains maillons des chaines de valeur.

Cependant, depuis quelques années l’espace sahélien est confronté à une insécurité croissante qui entrave les mobilités. L’avènement de la pandémie de la Covid-19 depuis deux ans a accentué les difficultés de circulation des biens et des personnes notamment dans les espaces communautaires de l’UEOMA et de la CEDEAO. D’où l’intérêt de s’interroger sur les capacités et les stratégies d’adaptation développées par les femmes résolument engagées dans la transformation et la commercialisation de produits notamment agricoles au-delà de leur espace de vie.

Coordination : Chantal Ndami et Alhassoumi Hadizatou

Communications

Hadizatou Alhassoumi
Les femmes dans la transformation agroalimentaire à l’épreuve des insécurités au Sahel : contraintes de circulation et stratégies d’adaptation

Honorine Pegdwendé Sawaodogo
Enjeux méthodologiques de la recherche sur les femmes en contexte d’insécurité : expérience d’une enquête sur les femmes déplacées interne dans la ville de Kaya (région du centre-nord au Burkina Faso)

Akoua Assunta Adayé
Mutation des droits fonciers des femmes agricultrices de la sous-préfecture d’Abengourou (Sud-Est de la Côte d’Ivoire)

Chantal Ndami
Crises sanitaire, sécuritaire, et climatique : La résilience des femmes rurales au Sahel. Cas des agricultrices-commerçantes de la région des Savanes au Togo

Élie Deklek Dobé
Le “Logordougou” transfrontalier au nord de la Côte d’Ivoire postcoloniale

Retour haut de page