Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Migrations et différenciation sociale en Afrique sub-saharienne : une lecture croisée activités extractives/agriculture

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Ce panel vise à interroger les inégalités sociales inter et intra-régionales au regard des mobilités de travail en Afrique subsaharienne. Ces mobilités sont très anciennes sur le continent mais ont connu de multiples reconfigurations, que ce soit dans le cadre des cultures de plantation ou, plus récemment, au moment du boom minier aurifère des années 2000. Elles s’inscrivent donc dans des échelles et des temporalités extrêmement variables : migrations au sein du même pays, en direction de régions frontalières ou à l’international ; migrations saisonnières, pluriannuelles ou définitives, etc.

Ici, nous nous intéresserons plus particulièrement aux mobilités qui concernent la production de matières premières – minières comme agricoles, en nous concentrant sur les mobilités régionales (au sein d’un pays donné) ou en direction de pays voisins. Le choix de cette échelle s’explique par une volonté d’insister sur les phénomènes migratoires locaux et sous- régionaux, bien plus conséquents que ceux à grande distance, tels que vers l’Europe ou vers le nord du continent. Par ailleurs, penser ensemble les mobilités concernant la production agricole et la production minière est loin d’être anodin, les unes impactant dans de nombreux contextes sur les autres, qu’elles soient complémentaires, comme dans le cadre de mobilités saisonnières, ou compétitives voire conflictuelles dans des contextes de pression foncière par exemple. Enfin, ces mobilités régionales sont aussi particulièrement révélatrices des hétérogénéités inter-régionales de développement au sein du sous-continent, et conduisent à la mise en relation de populations d’origines diverses, parfois obligées de cohabiter sous tension.

Aussi, il s’agira de comprendre, dans leur diversité, les raisons de ces mobilités et les conditions d’insertion des migrants dans les activités économiques où ils s’emploient, les conséquences de ce flux de main d’œuvre exogène sur les processus productifs, les différenciations sociales qui en résulte et la variété des modes de relation entre mobilités agricoles et minières. Dans les cas où un lien économique serait maintenu avec la région d’origine, l’analyse pourra aussi traiter des effets de ces mobilités sur la situation économique et sociale des membres de la famille demeurés dans les régions de départ.

Ces questions seront analysées sur la base d’étude de cas concrets en Afrique sub-saharienne, dans le cadre d’activités extractives et/ou agricoles, et porteront soit sur un terrain donné, soit sur plusieurs avec une portée comparative.

Coordination : Nadège Garambois et Anna Dessertine

Communications

Session 1

Laurent Gagnol
La ruée vers l’or des confins désertiques (Nord du Niger et de Mauritanie) : migrations éphémères ou mise en peuplement d’un front pionnier extractiviste ?

Ndèye Coumba Diouf
Mobilités minières et redéfinition de la figure de l’étranger au sud-est du Sénégal

Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Géraud Magrin
Autochtonie et mobilités autour de l’or en Côte d’Ivoire : une géographie postagricole?

Anna Dessertine et Robin Petit-Roulet
Rester ou devenir agriculteur/orpailleur : complémentarité et compétition entre orpaillage et agriculture en Guinée et en Côte d’Ivoire.

Session 2

Muriel Champy
« Dans cacao tu gagnes un peu un peu, mais avec l’or tu peux gagner d’un coup ». Approche comparative des imaginaires de la réussite dans les secteurs de l’or et du cacao chez les migrants burkinabè en Côte d’Ivoire.

Samir El Ouaamari
Migrations, développement cacaoyer et adaptations différenciées en temps de crise : le cas de la Côte d’Ivoire

Nestor Sohbe Djidim
Migrations, dynamiques spatio-agricoles et tensions foncières dans la plaine de Poli (région du Nord Cameroun)

Nadège Garambois
Migrations agricoles et inégalités dans l’archipel des Comores : le poids de la clandestinité

Retour haut de page