Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Par-delà l’asile. La folie, entre circulations et enfermements (XXe-XXIe siècles)

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Ces dernières années, l’historiographie de la folie aux Afriques connait un profond renouvellement. Cette table ronde souhaite réunir ces nouvelles recherches en interrogeant les circulations inhérentes à la pathologisation de manifestations psychiques jugées « anormales ».

Une première génération de chercheurs a montré le rôle qu’a eu la psychiatrie dans la construction des catégories coloniales à travers la pathologisation des comportements. Fort de ces premiers travaux, ce panel souhaite dépasser ce premier regard « constructiviste » au profit d’une lecture qui se concentre davantage sur les trajectoires sociales qui conduisent à l’étiquetage « fou ». Dans les dossiers médicaux, il est en effet frappant de constater que, bien souvent, le diagnostic du médecin ne fait qu’entériner une stigmatisation qui précède très largement l’internement asilaire. La séquestration familiale, l’hospitalisation, la détention pénitentiaire, la claustration religieuse, etc., apparaissent comme autant d’institutions fondamentales dans la construction du stigmate social. Au quotidien, plus que le discours du psychiatre, c’est avant tout la circulation de la personne entre ces différentes institutions qui installent et scellent les représentations à son sujet et la trajectoire de soin qui en découle. Restituer les itinéraires individuels dans une économie institutionnelle plus large s’avère dès lors essentiel pour comprendre ce qui se joue à travers les différents parcours de santé. Avec ce panel, il s’agit donc de mieux saisir les circulations institutionnelles qui façonnent la maladie mentale aux Afriques. Alors que ces différents espaces de prise en charge sont souvent perçus comme discordants, l’objectif est à l’inverse d’insister sur leur complémentarité et ainsi renouveler le regard sur une institution asilaire qui, plus qu’une « institution totale », fermée et carcérale, apparait ouverte et au carrefour des différentes représentations et modalités de gestion de la folie aux Afriques. Sont donc attendues des communications appartenant à l’ensemble des sciences sociales interrogeant les processus de (dés)engagements dans le soin au sein de ces diverses institutions afin de repenser un tissu de relations (familiales, religieuses, médicales, judiciaires, administratives, etc.) qui donnent corps à la maladie mentale en contexte africain.

Coordination : Raphaël Gallien

Communications

Gina Aït Mehdi
Trajectoires familiales et responsabilité du soin dans la maladie mentale au long cours : entre éthique de la solidarité (familiale) et éthique du care

Raphaël Gallien
« Il préfère la vie à l’asile à la vie à la prison ». Entre justice et folie, redessiner les frontières du pathologique (Madagascar, années 1930)

Olivia Legrip-Randriambelo
Séjourner dans les camps du Réveil protestant. L’institutionnalisation religieuse des troubles mentaux à Madagascar

Romain Tiquet
Au cœur du quotidien de la psychiatrie postcoloniale : étude du carnet de garde du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso – années 1960)

Retour haut de page