Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Parcours éducatifs, circulations et mobilités sociales en Afrique et dans les diasporas

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Les efforts de scolarisation universelle en Afrique s’inscrivent dans une perspective plus large de mobilité sociale ouverte à l’ensemble de la société. En général rattachés aux injonctions internationales de développement économique, social et politique des États, ces efforts se fondent sur des indicateurs surtout quantitatifs mesurant différents aspects de la fréquentation scolaire et, de plus en plus, la qualité des apprentissages. Or, ces approches sont insuffisantes pour saisir la complexité des parcours scolaires individuels, qu’il est nécessaire d’appréhender au prisme du genre. Ceci s’avère essentiel si l’on veut mieux comprendre les effets de ces parcours sur le devenir adulte, liés aux opportunités de formation professionnelle et d’emploi ou encore au contexte familial et à divers types de circulations inter et intra-générationnelles. De plus, ces parcours d’éducation et de formation se caractérisent le plus souvent par une mobilité géographique susceptible de fortement orienter les choix de vie des individus. Ce panel s’articulera donc autour de 4 axes de réflexions non exclusifs les uns des autres :

1. A quoi la mobilité sociale se réfère-telle ? Peut-on la mesurer uniquement à l’aune de la réussite professionnelle le plus souvent matérialisée par un emploi stable et la capacité financière associée ? Quels sont ou devraient être les critères pour mesurer les relations entre la scolarisation et une mobilité sociale qui prend différentes formes ?

2. La mobilité sociale dépend-elle d’un parcours scolaire « réussi » et comment définir un tel parcours dans un contexte de chômage chronique et de débouchés professionnels limités ? Quels sont les effets des parcours scolaires interrompus sur la mobilité sociale des individus ?

3. Les pratiques migratoires internes et internationales constituent une voie importante de mobilité sociale pour des adolescent·es ou jeunes adultes dont la scolarité a été interrompue ou qui sont en fin de parcours scolaire. Quels rôles jouent les migrations dans l’imaginaire des jeunes et dans leur parcours de vie ?

4. Comment circulent et se transmettent les acquis en lien avec l’école et la formation professionnelle entre les générations et au sein de celles-ci dans différents contextes socio-économiques et politiques, ces derniers façonnant les choix tant au niveau familial, qu’individuel ou institutionnel ? Nous invitons des contributions relevant de différents champs disciplinaires et basées sur des analyses inédites tirées d’enquêtes quantitatives ou ethnographiques.

Coordination : Nathalie Mondain et Mélanie Jacquemin

Communications

Albert Legrand Todjom Mabou
De la « diplo-mythe » à la professionnalisation : rôle de l’éducation catholique dans l’émergence d’un nouveau modèle éducatif au Cameroun

Hénaba Loïs Silas Amangoua
L’initiative entrepreneuriale : un vecteur de mobilité sociale

Anne E. Calvès et Jean-François Kobiané
Origine sociale et ségrégation scolaire dans les villes ouest-africaines : Le choix parental en faveur de l’école privée à Ouagadougou et à Lomé

Nathalie Mondain et Mélanie Jacquemin et Jean-Alain Goudiaby
Repenser l'accompagnement scolaire des filles au Sénégal : vers un nouvel univers des possibles éducatifs et professionnels

Jean-Alain Goudiaby
Construire sa carrière dans la mobilité : les étudiants bissau-guinéens au Sénégal

Retour haut de page