Les rencontres Audio

Enjeux et acteurs des politiques patrimoniales en Afrique de l’Est

Rencontre GIS 2014

L’Afrique des/en réseaux / Bordeaux

Intervenants:

Elizabeth Vignati, Chloé Josse-Durand, Peter Makachia

Présentation de l’atelier

Le patrimoine s’impose aujourd’hui, en Afrique, comme un levier de développement économique national. La labellisation de ce qui est objet de patrimoine – ou de ce qui ne l’est pas – passe par le soutien des institutions internationales et la mise en place de programmes spécifiques, comme ceux assurés par l’Unesco, l’Icomos, Africom… L’East African Community, tente de devenir un espace homogène qui connait depuis quelques années une croissance à deux chiffres dans le secteur touristique. Ses dirigeants mettent en place des politiques actives afin de maintenir ce dynamisme et de diversifier l’offre patrimoniale. Bien que le patrimoine bâti reste encore peu valorisé, sa mise en patrimoine ou – patrimonialisation – est cependant de plus en plus envisagée par les institutions et les gouvernements comme un processus social négocié entre les différents acteurs (populations locales, société civile…). De fait, les bâtiments patrimoniaux, ainsi que les pratiques et les représentations qui leur sont associées, permettent de s’interroger sur les interactions entre individus, communautés et groupes d’intérêt au regard des histoires nationales et régionales. Intimement liée à des enjeux identitaires, la patrimonialisation permet également de s’interroger sur le patrimoine dans ses rapports à des logiques politiques : patrimonialiser un lieu, un bâtiment peut être, dans certains cas, un moyen d’afficher une cohésion nationale et de dépasser certains clivages. De récents travaux ont démontré la nécessité de comparer les pratiques patrimoniales entre pays et continents afin de mieux faire ressortir les enjeux qui les sous-tendent, qu’ils soient d’ordre identitaire, économique, social ou politique. Ce panel souhaite interroger les logiques patrimoniales est-africaines dans un monde multipolaire comme autant d’initiatives et de dynamiques locales, nationales ou internationales, afin d’identifier le rôle des différents acteurs impliqués, et les représentations qui les accompagnent, dans ces pratiques contemporaines de patrimonialisation.

COMMUNICATIONS

Elizabeth Vignati
« L’invisibilité du patrimoine urbain colonial à Kampala »

Chloé Josse-Durand
« Le «temps des musées» : bâtir les mémoires locales, donner corps au récit national. L’hybridation de l’institution muséale au prisme des appropriations contemporaines du passé au Kenya et en Éthiopie »

Peter Makachia
“Valorisation of heritage in colonial urban housing neighbourhoods – participative strategies in conservation for Eastlands’ zone, Nairobi”