Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

(In)comparabilité des cas africains et extra africains Quelle(s) épistémologie(s) des comparaisons, circulations et transferts ?

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Les comparaisons transcontinentales sont abondantes et d’un intérêt croissant pour de nombreux domaines des sciences sociales (Maurice 1989 ; Vigour 2005). L’intégration des cas africains n’y est pas systématique, et se limite souvent à leur rapprochement avec d’autres pays du Sud. Or, les processus de mondialisation et l'internationalisation croissante des politiques publiques font naître des objets (politiques publiques, phénomènes sociaux, etc.) similaires à l’échelle globale.

Face à une faible légitimation des comparaisons de cas africains et extra-africains, certaines approches sont communément mobilisées : l’analyse par contraste dramatique (Gazibo 2002), mais aussi les études de circulations et de transfert dont la définition plastique interroge (Vauchez 2013), ou encore le recours aux travaux critiques des approches Nord-Sud (Robinson 2011 ; Thérien 1999).

La thèse d’un exceptionnalisme africain fait peu d’adeptes, mais la dispersion des travaux croisant cas africains et extra-africains pose question. Cet atelier propose de les réunir pour répondre à ces questionnements méthodologiques, théoriques et empiriques. Comment créer une épistémologie des comparaisons Afriques-monde ? Certaines échelles géographiques ou approches sectorielles facilitent-elles la mise en perspective des cas africains au reste du monde ? Ces études participent- elles à une décolonisation des savoirs ou renforcent-elles l’usage de théories formulées hors Afriques ?

Les communications attendues interrogent les outils, méthodes et théories mobilisés, importés ou bricolés pour réaliser ces recherches. Elles présentent en quoi certains objets ou acteurs étudiés permettent la mise en relation des cas africains et extra-africains. En partant de l’expérience vécue du chercheur dans la mise en œuvre de l’analyse comparative, ces contributions empiriques pourront user d’approches par secteurs, échelles géographiques, ou dépasser les approches classiques de la comparaison. L’atelier rassemble ainsi des recherches dispersées dans leur diversité méthodologique, pour identifier des socles communs permettant l’élaboration d’épistémologie(s) adaptée(s) aux circulations et comparaisons Afriques-Monde.

Coordination : Clémentine Chazal et Camille Traoré

Communications

Carole Bignon et Ayite Mawussi
Réponses citadines face à l’exclusion socio-spatiale à partir de terrains multi-situés : les défis méthodologiques de la comparaison

Isabelle Gobatto
"Des comparaisons empiriques Afriques-monde à leurs dimensions théoriques dans le champ de la biomédecine : quels atouts pour l’anthropologie de la santé ? «

Hugo Mazzero et Leïla Oulkebous
Comparabilité entre cas africains et extra-africains : analyse et réflexions en géographie

Paul-Malo Winsback
De l’Union européenne (UE) à la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Interroger la régionalisation des politiques de l’eau dans une démarche structurale

Retour haut de page