Les Rencontres des Études africaines en France


Retrouvez l'ensemble des ateliers proposés lors des différentes rencontres organisées par le GIS

Les dynamiques de transformation et de circulation des normes de la famille en Afrique Subsaharienne au prisme du célibat et/ou de l’absence d’enfant

REAF 2022
Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation
Toulouse

Présentation

Ce panel propose de s’intéresser aux personnes vivant en marge du mariage et/ou qui n’ont pas d’enfant en Afrique Subsaharienne afin de questionner les modèles et pratiques du « faire famille » en circulation sur le continent. Nous souhaitons interroger les effets transformateurs de ces configurations sociales marginales, sur la famille. On explorera les réalités sociales qui se cachent derrière le phénomène du célibat prolongé et/ou d’absence d’enfant et ce qu’elles disent du devenir du mariage, institution fondamentale dans la vie des individu.e.s (Hertrich, 2007 ; Marcoux et Antoine, 2014). Ce panel mettra l’accent sur l’étude des vécus des personnes. Les normes sociales n’étant pas figées dans l’espace et le temps mais légitimées et (re)produites dans les différents espaces de sociabilité, nous chercherons à apporter un éclairage original sur le changement social en nous focalisant sur les pratiques et les représentations à la marge.

Axe 1 : Vivre en dehors du mariage

On observe statistiquement un recul de la formalisation des unions et de l’âge au premier mariage conduisant à une phase de célibat pré-marital qui s’allonge, à la diminution de l’intrusion des membres familiaux dans la prospection matrimoniale (Calvès, 2016 ; Calvès, Binetou Dial, et Richard Marcoux, 2018) . On s’interrogera dans cet axe aux logiques sociales associées à ces transformations. Assiste-t-on à « un ébranlement des idéaux familiaux » remettant en question le caractère incontournable du mariage ? Que révèlent de tels changements de l’évolution des relations intergénérationnelles et de genre ?

Axe 2 : Les normes de maternité/paternité

Quels stigmates circulent autour de l’absence d’enfant ? Sont-ils différenciés en fonction du genre ? On s’attardera sur les dimensions affectives et émotionnelles, notamment la honte associée à la remise en question des normes de la famille (Ouattara, 2018) ? On insistera sur l’influence des contextes politiques, économiques et religieux sur les possibles pour les individu.e.s dans les sphères familiales.

Ce panel invite des contributions en histoire, sociologie, géographie, anthropologie et démographie fondées sur des données empiriques.

Coordination : Fatoumata Ouattara et Agnès Adjamagbo

Communications

Tonaï Guedou
Les couples sans enfants : entre sentiment de honte et une vie d’isolement au Bénin

Gishleine D. Oukouomi
Dimensions affectives et émotionnelles du stigma d’infertilité au Cameroun

Josiane Tousse Djou
Rester sans enfant ou devenir parent à « tout prix » au Cameroun : enquête sur les expériences et les trajectoires des couples infertiles

Ayawavi Sitsope Marie-Reine Toudeka, Tokpovi Vénunyé Claude Kondo et Digo Enyota Kofitsè Dzamesi Akakpo-Ahianyo
Les églises pentecôtistes et la fabrique des célibataires « tardifs » au Togo

Retour haut de page